Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
goodmorningworld le ptit tour... du monde de Marion & Jordi

Goood Mooorning Canada!

22 Juillet 2013 Publié dans #CANADA

Ile de Vancouver: On the road again… but by bycicle

1 Qu’est-ce qu’on fait !?!

Nous débarquons du ferry dans la ville de Sidney. Comme à notre habitude, nous passons faire un petit coucou à la dame de l’office du tourisme afin de se renseigner sur les campings pas chers, les douches publiques etc… Le camping étant à 3km de la ville, nous en profitons pour manger et faire un petit tour. Sidney est appelé la ville du livre et effectivement, une petite dizaine de librairies indépendantes se dressent sur l’artère principale. Nous en faisons quelques-unes et finissons par trouver notre bonheur. Une bonne petite collection de livres français et surtout le libraire veut bien nous racheter nos cinq livres si nous prenons des livres chez lui. Nous prenons donc quatre livres et en regardant la cote de nos 5 livres, il nous échange finalement les livres sans nous demander de l’argent en plus. Nous sommes tout contents de cette bonne affaire! La ville n’a pas d’autres intérêts. Elle ressemble plutôt à un eldorado pour les personnes agées à la retraite. C’est la débandade des petites voiturettes sur les trottoirs !

Nous faisons nos trois kilomètres les sacs bien chargés vers le camping situé dans les bois d’un parc national. Ce soir au menu : pates lyophilisées ! Comme d’habitude ! Ça prend pas de places dans le sac, c’est rapide à préparer, ça ne fait pas faire beaucoup de vaisselles et donc moins d’eau consommée (et oui dans certains parcs il n’y a pas d’eau potable). Bon par contre au niveau gustatif ce n’est pas la joie…

Le lendemain, nous retournons en ville prendre une douche et faire quelques provisions. Nous faisons un petit détour à la bibliothèque. S’en suivront deux jours intensifs dans cette charmante bibliothèque de recherches sur Internet et dans des livres, de réflexions à s’en faire des nœuds au cerveau. Que faisons-nous au Canada ? Allons-nous en Alaska ? Comment y allons-nous ? A pied, voiture, vélo ? Rejoignons-nous notre copain au Brésil…. Bref il faut faire des choix et c’est compliqué ! Nous savons, vous allez dire : des choix comme ça j’aimerai bien en avoir toute ma vie ! Mais là on c’est plus quoi faire. Il nous reste approximativement deux mois et on n’a pas envie de se tromper.

On se rend compte que le Canada et aussi l’Alaska c’est compliqué à pied. Les distances sont longues, les campings excentrés des villes et si nous prenons les transports en commun nous irons de ville en ville. Hors les centres d’intérêts dans ces pays se situent en dehors des villes. Louer un vélo dans les villes ? Trop cher (entre 30 et 50 dollars par jour). Nous ne voulons pas prendre de voitures car trop cher et pas assez de contacts avec les gens.

Pour le Brésil, nous nous rendons vite compte que cela fait quand même un grand détour et le prix du billet nous stoppe tout de suite. Nico promis on partira un jour ensemble !

Après moult discussions et recherches nous décidons d’acheter des vélos que nous ramènerons en France car nous n’en avons pas. Un bon investissement.

Nous sommes heureux de ce superbe achat. Marion appelle son vélo Moose dit Moo-moose. Cela veut dire Elan en Anglais. On aime beaucoup cet animal. Une bonne tête de vainqueur avec sa grosse bouche qui nous rappelle nos dromadaires de Bikaner. Et puis cela fait un joli double sens. Jordi appelle sa monture Bucéphale en hommage au cheval d’Alexandre Le Grand. Jordi adore raconter cette histoire. Seul Alexandre sut dompter l’animal car il comprit qu’il avait peur de son ombre. Bon vu que cela fait un peu trop sérieux quand même. Son petit nom sera Busu.

2 On the road

Les deux premiers jours sont un peu chaotiques. Il faut se remettre dans le bain et notre grosse charge à l’arrière des vélos y est pour quelque-chose. Les livres que nous avons potassés au début nous faisaient passer par les highways. Nous sommes un peu perplexes. En même temps, par moment il n’y a pas d’autres possibilités et les highways sont autorisées pour les vélos. Nous testons donc le deuxième jour car de toute façon nous n’avons pas d’autres choix et là… ça ne va pas être possible ! Nous trouvons cela trop dangereux ! Les voitures, camions, caravanes passent un peu trop près de nous à notre goût et la piste cyclable se réduit dangereusement par moment. Pour imaginer, il faut se dire que c’est comme si vous roulez sur nos bandes d’arrêts d’urgence sur nos autoroutes française avec des camions deux fois plus gros. L’highway que nous prenons est limitée à 90km/h mais quand même ! Au-delà du danger, il n’y a vraiment rien d’agréable de rouler à côté du bruit et de la pollution. Nous finissons donc en bus la dernière portion de route. Nous atterrissons à Duncan et trouvons un camping bien sympathique en bordure de rivière.

Le troisième jour, nous faisons 60km dans la campagne Canadienne en évitant le plus possible la highway. Nous passons par Chemainus, ville décorée avec de superbes peintures murales dont certaines en trompe l’œil (c'est pour toi Bobo). D'une manière générale, les villes au Canada sont décorées d'immenses peintures.

Après une montée qui n’en finit pas, nous arrivons à un camping. La dame de l’office nous offre les taxes car nous sommes en vélo et nous félicite d’avoir monté la côte (bon personnellement, nous avons fini à pied)… ou peut-être drague-t-elle Jordi ? :-)

Quatrième jour, nous ne faisons qu’une trentaine de kilomètres jusqu’à Parksville. Malheureusement après ce ne sera que de la highway. Nous avons beau retourner le problème dans tous les sens, chercher des routes secondaires, nous n’échapperons pas à des gros tronçons de highway. Nous partons donc dans un bike shop où l’on nous donne des cartons pour emballer nos vélos puis nous partons réserver nos billets de bus pour le lendemain. Le magasin est fermé, mais nous pouvons compter sur la gentillesse de la dame qui nous ouvre quand même. Elle attend même avec un grand sourire Jordi qui est parti rechercher notre carte HI au camping. Et oui grâce à cette carte, nous avons moins 25% sur le transport. Cool ! On lui laisse les cartons et retournons au camping.

Lendemain, nous packons les vélos, direction Port Hardy au nord de l’île à 6 heures de route. Le trajet se passe sans encombre à part la clim qui nous gèle sur place. Ah, les bus de l’Asie nous manquent ! Voyager sur un sac à patate, les cheveux au vent, la clope au bec, il n’y a que ça de vrai !

Sur le chemin le décor change. Nous retrouvons les sapins à la végétation dense sur les sommets vallonnés et les villes se font de plus en plus rares. On se rend compte qu’il y a beaucoup moins de monde sur la highway et que ce n’est pas une double voix. On aurait pu la tenter en vélo. Ce n’est pas grave cela fera plus de jour en Alaska !

En arrivant à Port Hardy, c’est la mission remontage de vélos. Nous galérons un long moment à remettre les pédales des vélos. On se demande même si on n’a pas cassé quelque chose. Jordi va finir à poil tellement il transpire. En remontant la selle, nous cassons le pas de vis à l’intérieur de la pièce qui serre le cadre et donc la selle. Et ce, sur les deux vélos ! Nous sommes atterrés. Il est tard, nous trouvons un camping. Demain est un autre jour…

Notre premier jour à Port Hardy, nous le passons en mode logistique à courir partout (heureusement que nous avons les vélos). Préparation de l’Alaska dans un café très sympa, courses, réservation du ferry pour Prince Rupert (étape avant l’Alaska) faite gentiment par le jeune homme de l’office du tourisme. Ba oui parce qu’on a toujours pas de téléphone et enfin réparation du vélo. Au bike shop, ils n’ont pas de pièces. Nous allons donc dans un magasin de bricolage et testons plusieurs vis avec le monsieur. Nous finissons par trouver un truc à peu près convenable. Au moment de payer, le gentil monsieur nous dit: c’est cadeau et nous donne en prime un sert boulon et une vis en rabe. Qu’est-ce qui sont gentils ces canadiens. Depuis, notre arrivée, ils nous aident, nous font des grands sourires d’encouragement quand nous sommes en vélos, nous donnent toujours la priorité, bref ils sont trop cools !

Port Hardy est une petite ville très sympa. Le trail que nous empruntons en vélo qui relie le camping à la ville est très agréable. Encore heureux car on en a fait des allers retours! La dernière fin d’après-midi, nous observons les Bald Eaggle – emblème notamment des USA - immenses tournoyer à a peine 5 mètres au-dessus de nos têtes! Ils sont magnifiques. Nous observons également une autre race d’aigle tachetée comme une hyène.

Le ferry est dans deux jours, cela nous donne un jour off, où nous en profitons pour changer de camping et ainsi nous rapprocher du ferry. Et oui levé à 4h30, ça va faire mal!

Goood Mooorning Canada!
Goood Mooorning Canada!
et oui, nous avons investi dans une bombe à ours (deux fois moins cher qu'aux USA). C'est que l'on risque d'en croiser pas mal !

et oui, nous avons investi dans une bombe à ours (deux fois moins cher qu'aux USA). C'est que l'on risque d'en croiser pas mal !

Préparation du convoi

Préparation du convoi

Il est beau mon véloooo

Il est beau mon véloooo

Goood Mooorning Canada!
Goood Mooorning Canada!
Goood Mooorning Canada!
Goood Mooorning Canada!
montage de la sacoche !

montage de la sacoche !

ticket de bus ennnnnormmmmme

ticket de bus ennnnnormmmmme

Goood Mooorning Canada!
Goood Mooorning Canada!
Goood Mooorning Canada!
Goood Mooorning Canada!
Goood Mooorning Canada!
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Hello,
Quel plaisir de vous retrouver au canada.J'aime bien votre recit car il nous permets de bien nous impregner des aléas,questionnement lié à votre voyage. La décision d'acheter des vélos est super bien vue bien que le fait de se faire raser par des 100 T n 'est pas trop cool . Je pratique le vélo et j'avoue avoir déja eu des envies de meutres lorsqu'un automobilistebne te calcule pas. Voilà un ticket de bus de compet !! j'aurais été curieux de lire ce qu'ils ont écrit dessus .
Je vous souhaite une bonne route à 4 roues à vous 2
Répondre