Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
goodmorningworld le ptit tour... du monde de Marion & Jordi

​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !

28 Avril 2013 Publié dans #Indonésie

Nous joignons Cemero Lawang depuis Yogyakarta. Nous prenons d’abord le train (ça faisait longtemps) jusqu’à Probolinggo dans lequel nous assistons au ballet habituel des vendeurs ambulants spécifique à Java. Ensuite nous prenons une navette touristique car nous dit-on, les transports publics ne circulent plus à cette heure….

Nous trouvons un homestay correct pour dormir à une dizaine de mètre de la caldeira qui entoure le Bromo. Nous sortons les pulls et pantalons car nous sommes à 2200 mètres d’altitude et il fait plutôt frais.

Le lendemain nous prenons le petit déjeuner sur notre terrasse dont nous apercevons le cône vert parfait du Gunung Batok qui s’élève juste à côté du Bromo. Ça s’annonce bien! Il y a un grand soleil et il fait bon de respirer l’air frais de l’altitude. Nous sommes bien dans nos pulls.

Nous partons à pied rejoindre le Bromo par un petit sentier qui descend le long des pentes escarpées de la caldeira. D’ici déjà la vue est splendide : on aperçoit le Bromo, très plat et noir qui fume un peu, le Batok et son dégradé de vert au cône parfait au milieu d’une caldeira immense (10 km de diamètre). Les couleurs sont splendides : des variations de couleurs du noir au gris et vert. Ce paysage est à couper le souffle. Le plus beau que nous ayons vu jusqu’à présent.

On sent bien que c’est l’un des sites les plus visités de Java. Des dizaines de jeeps conduisent très tôt le matin les touristes sur un point de vue plus en hauteur pour le lever de soleil puis redescendent dans la caldeira pour l’ascension du Bromo. Vous pouvez aussi prendre un cheval si vous le souhaitez. Nous ne vous le conseillons pas, les gamelles sont à prévoir. Un peu pathétique tout ça.

Nous foulons joyeusement du pied la poussière volcanique noire et marchons quelques minutes avant d’arriver au pied du Bromo. Nous effectuons l’ascension en deux temps trois mouvements (une volée de marche permet d’atteindre le somment). Le seul petit point négatif qui dénature le site.

De la haut nous apercevons une grande partie de la caldeira mais surtout la cheminée circulaire parfaite du Bromo d’où s’échappe quelquefois des nuages de fumée. Nous apercevons le lac au fond sans vraiment distinguer les détails car c’est trop brumeux. Le temps est parfait.

Nous redescendons puis décidons d’emprunter le chemin des jeeps vers le point de vue de l’autre côté de la caldeira. Ça fait une petite trotte mais on est bien motivés. A cette heure il n’y a déjà plus personne. Nous traversons la caldeira puis prenons une petite route sinueuse qui monte bien mais d’où la vue est vraiment superbe sur les volcans. Nous avons vraiment l’impression d’être sur mars. Nous poursuivons notre ascension et nous avons bientôt du brouillard (2700m) et lorsque nous arrivons au point de vue nous ne pouvons rien voir. Des locaux nous proposent des courses retours à moto mais nous leur disons que nous voulons marcher. Quand on leur indique la direction du village ils nous montrent le chemin inverse, c’est-à-dire celui que l’on vient de faire depuis 3 heures environ !! On est persuadés que dans l’autre sens c’est possible et plus court mais après plusieurs questions on se rend bien compte qu’il faut rebrousser chemin.

Sur le retour nous nous disons que nous allons redescendre à flanc de montagne. Nous avions aperçu depuis le bas une belle trace en zigzag qui montait jusqu’au sommet. Nous trouvons donc une trace qui descend mais dont la marque n’est pas aussi bonne : à peine foulée. Nous descendons, descendons et le chemin devient escarpé sans vraiment de piste voire sans pistes. On commence à s’inquiéter à la fois de la météo, de l’heure qu’il est et de la décision prise. Le temps se couvre, il est 15h30 et l’on est déjà beaucoup descendu mais encore très loin du sol plat de la caldeira. Comme la pente est très forte on décide de descendre sur les fesses pour plus de sécurité en s’accrochant comme on peut aux touffes d’herbes mais surtout pas au tronc des arbres moisis qui cassent dès qu’on les touche. On se fait des micro-coupures aux doigts mais on ne s’en rend pas compte car le stress monte peu à peu. On se déporte sur la droite mais on tombe sur une plaque de roches impossible à passer. On doit se retourner le long de la paroi pour faire demi-tour et on a des sueurs en voyant le précipice en face de nous. On rebrousse chemin en escaladant comme on peut pendant que la pluie se met à tomber, les éclairs à sabrer le ciel et le tonnerre à gronder. Tous les deux de notre côté on « panique » un peu sans que l’un le dise à l’autre mais on se ressaisi vite et on continue nos glissades très crispés sur le cul. En cinq minutes nous sommes trempés des pieds à la tête. Nous trouvons finalement un endroit où la pente est plus douce avec des sapins qui tiennent bien et réussissons à arriver sans encombre en bas. On galère dans les herbes hautes pendant 10 minutes puis retrouvons le sol plat de poussière volcanique. Nous luttons sous la pluie pour retourner au bas du sentier qui nous emmène chez nous. La dernière ascension se fait difficilement nous sommes épuisés, trempés et gelés. On s’est fait les frayeurs de notre vie sur cette pente. On est vraiment des imbéciles : les locaux voulaient nous vendre un tour moto c’est pour ça qu’ils nous indiquaient le chemin inverse très long pour nous démoraliser, on ne descend pas la pente d’une montagne sans savoir ce qu’elle est exactement. Parfois on est vraiment c*** !

​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
​Gunung Bromo : des fois on est vraiment c*** !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Coucou vous etes so cute sur votre volcan.<br /> Ca donne vraiment envie de remettre le sac quechua :-D<br /> Profitez bien des massages sur bali.<br /> Vous passez sur l amerique du sud apres?<br /> A+ les biches
Répondre
M
hello les loulous ! ca fait plaisir d'avoir de vos news. j'espère que tout va bien à Toulouse !!! on sait pas encore pour l'amerique du sud car il nous reste 4 mois pour le continent américain alors peut etre Etats-Unis et canada. A voir. en tout cas j'espère que vous faite du couchsurfing car on débarque chez vous quand on rentre :-)
E
enfin une vraie frayeur, certainement très formatrice....<br /> soyez prudent<br /> <br /> la maman de Marion
Répondre
J
hello,<br /> J'avoue que là vous avez vraiment joué aux c....!! je pense qu'il faut parfois se rendre compte.de ses erreurs et rebrousser chemin avant que cela degenère. Cela me fait penser à bob et manu que j ai suivi lors leurs tdm et qui se sont faits des frayeurs en se baignant sur une zone de forts courants. Ils ont ete secouru par 1sauveteur . <br /> paysages magnifiques mais hostile si .. <br /> ce soir et plus que jamais je vous souhaite une<br /> bonne route<br /> james
Répondre